L'hypnose : des mots pour guérir des maux

 

C'est quoi l'hypnose

L’hypnose n’est pas une nouveauté.
C’est même tout le contraire puisqu’elle a, d’après les sources actuelles, au minimum 3 000 ans d’histoire.
Si elle a perduré jusqu’à aujourd’hui, elle le doit à l’efficacité de ses applications qui, de l’Antiquité égyptienne aux services d’anesthésie et de réanimation de certains hôpitaux d’aujourd’hui, n’est plus à prouver.

 

Pourquoi l’hypnose ?

Le but d’une thérapie par l’hypnose est de guérir certains maux (voir encadré ci-contre), non pas en les supprimant par simple suggestion, mais en cherchant à comprendre leur signification, leur déclencheur dans l’inconscient pour pouvoir ensuite les supprimer, les démonter.

 

Plonger dans un état d’éveil modifié

L’étymologie du terme hypnose prend racine dans la mythologie grecque. Elle se réfère en partie à Hypnos, le dieu du sommeil. Pour autant, l’hypnothérapie n’est pas une thérapie qui plonge le patient dans le sommeil. Il est en réalité question d’entraîner le patient dans un état de conscience modifiée. L’hypnotherapie est donc pratiquée à un état éveillé, mais selon un niveau de conscience qui ouvre les véritables portes de l’esprit. C’est un état complexe de concentration et de relaxation. En cela, la thérapie par hypnose  n’a rien à voir avec les images d’Épinal renvoyant à une science occulte, à de la magie ou du spectacle. Il s’agit d’une démarche s’appuyant sur une méthodologie précise pour accéder à l’inconscient de l’individu.

Les domaines d'applications:
L’arrêt du tabac,
Le poids, l'anorexie, la boulimie,
L'alcoolisme,
Les phobies,
Les allergies,
Les états dépressifs,
L'anxiété,
Les angoisses,
Les soucis liés à la grossesse, la stérilité,
Le soulagement de la douleur,
L’accompagnement dans un traitement,
Les acouphènes,
Le manque de confiance en soi,
La recherche d’un partenaire,
Les relations de couple,
Le développement personnel,
La préparation à un examen

 

Une démarche volontaire d’autoguérison

Le patient est le maître des clés de l’inconscient. Le pouvoir de changer, d’identifier les solutions adaptées à ses troubles, est en lui. La réussite dépend donc d’un impératif incontournable : il faut être volontaire dans sa démarche de guérison. Puisque la thérapie par l’hypnose puise dans les propres ressources du patient, elle peut être assimilée à une méthode douce d’autoguérison. Elle est saine et sans risque pour la santé.

 

Le rôle de l’hypnothérapeute

L’hypnotherapeute est à la fois un guide et une oreille attentive. Il écoute d’abord pour ensuite décrire le meilleur carnet de route possible pour mener son patient aux portes de l’inconscient. Pour y parvenir, il emploie un langage évoquant histoires métaphoriques, anecdotes et suggestions que l’inconscient interprète et superpose au vécu du patient. L’hypnotiseur est un thérapeute faisant preuve d’une profonde empathie. Son métier n’est pas de juger, mais d’aider son patient.

 

Qu’est-ce que la transe ?

La transe hypnotique est un phénomène courant. Il s’agit de faire abstraction de la réalité. Au quotidien, elle se manifeste lorsqu’on décroche, qu’on rêve subitement devant une émission de télévision ou en lisant un livre. On perd le fil des événements, la notion du temps et pourtant l’état d’éveil est bien réel. La thérapie par l’hypnose consiste à provoquer cet état modifié de conscience, à permettre au corps et à l’esprit de quitter l’état de vigilance.

La transe est indispensable à l’équilibre psychique et organique. Ces moments où nous sommes dans la lune sont liés aux rythmes biologiques, appelés cycles ultradiens.

 

Pendant la séance

Pendant une séance d’hypnose, le patient évolue entre un état de veille et de sommeil. Son corps est détendu, toujours sous contrôle, mais à un niveau supérieur de relaxation. Dans ces conditions, il devient plus réceptif. La mécanique de l’hypnose permet alors d’accéder à son inconscient et d’interagir avec l’origine de ses troubles, de ses comportements, de ses peurs et de ses dépendances.

 

Une thérapie brève

Dès la première séance, les effets de la thérapie complémentaire se font ressentir. Le nombre de séances d'hypnose peut varier en fonction des cas et des objectifs à atteindre. L’hypnothérapie présente également l’énorme qualité de permettre à la personne, via un apprentissage avec son thérapeute, de pratiquer l’auto-hypnose. Si elle requiert beaucoup de motivation et d’application, l’autohypnose est également un moyen pour le patient d’induire des changements dans son propre comportement de manière autonome.

Une thérapie par l’hypnose ne peut, en aucun cas, se substituer à un traitement médical sans l’avis de votre médecin.

Partager cet article

Partager sur Facebook Partager sur Google+ Partager sur Twitter

Me contacter

Catherine Clavier
Hypnothérapeute
Centre médical du Bocage, Bd de la résistance
13380 Plan de Cuques

Tél : 06.70.20.80.74
Mail: cclavier@therapie-douce.fr

Informations

Membre du Syndicat National des Hypnothérapeutes

syndicat national des hypnothérapeutes

Mentions légales

Réseaux Sociaux

Suivre sur Twitter Suivre sur Google+ Suivre sur Facebook